L'entrepreneuriat féminin pour sortir de la pauvreté

Vous vous souvenez d'Emiliana ?

Chocolatière depuis plus de 30 ans au Guatemala, Emiliana a grandement touché nos volontaires durant les différents accompagnements. 

Pour vous imprégner de son univers, nous avons souhaité réaliser une vidéo qui reflète bien son accompagnement par nos consultants solidaires. 

"Palabras Peruanas", un reportage unique qui donne la parole à nos bénéficiaires péruviens

Nous sommes fiers de vous présenter notre tout p͟r͟e͟m͟i͟e͟r͟ ͟r͟e͟p͟o͟r͟t͟a͟g͟e͟ intitulé "𝗟𝗮 𝗣𝗮𝗿𝗼𝗹𝗲 𝗮𝘂𝘅 𝗣𝗲́𝗿𝘂𝘃𝗶𝗲𝗻𝘀", monté et réalisé par l'une de nos volontaires de la mission Amérique Latine, Andréa Arcamone 🇵🇪

Ce reportage offre une perspective unique sur la vie des Péruviens et reflète notre engagement continu envers nos bénéficiaires 🌍

Nous vous invitons à regarder ce reportage entre collègues, entre amis ou même seul.e et surtout 𝗮̀ 𝗹𝗲 𝗽𝗮𝗿𝘁𝗮𝗴𝗲𝗿 car il met en avant des personnes qui se sont battues pour en arriver là où elles sont. 𝑉𝑜𝑡𝑟𝑒 𝑝𝑎𝑟𝑡𝑎𝑔𝑒 𝑠𝑒𝑟𝑎𝑖𝑡 𝑢𝑛𝑒 𝑏𝑒𝑙𝑙𝑒 𝑟𝑒́𝑐𝑜𝑚𝑝𝑒𝑛𝑠𝑒, 𝑑𝑒 𝑝𝑜𝑢𝑣𝑜𝑖𝑟 𝑙𝑒𝑠 𝑚𝑒𝑡𝑡𝑟𝑒 𝑒𝑛 𝑙𝑢𝑚𝑖𝑒̀𝑟𝑒 𝑒𝑡 𝑠𝑎𝑙𝑢𝑒𝑟 𝑙𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒́𝑡𝑒𝑟𝑚𝑖𝑛𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 🤝

Alors, n’hésitez pas 𝗮̀ 𝗻𝗼𝘂𝘀 𝗿𝗲𝗷𝗼𝗶𝗻𝗱𝗿𝗲 𝘀𝘂𝗿 𝗻𝗼𝘁𝗿𝗲 𝗰𝗵𝗮𝗶̂𝗻𝗲 𝗬𝗼𝘂𝗧𝘂𝗯𝗲 et abonnez-vous pour ne rien manquer des histoires inspirantes et bien plus encore ! 🌟

Dans la famille Pillajo, je voudrais la soeur ! updateEstelina dans sa boutique

Dans la famille Pillajo, je voudrais la soeur !

Esterlina tient une papeterie avec son mari Victor. Mère de trois grands enfants âgés de 21 à 28 ans, elle s’occupe de la papeterie quand son mari se charge de l’approvisionnement et de l’achat des produits.
Elle y vend toutes sortes de produits : fournitures scolaires, gâteaux, glaces, ballons, produits de première nécessité, impressions, photocopies, recharges pour téléphones…

Sœur aînée d’Anita, elle a connu Impulso via cette dernière et a souhaité bénéficier du même accompagnement pour relancer les ventes de sa papeterie, en chute libre depuis la pandémie de Covid. Elle a commencé l’accompagnement en novembre 2022.

Les premiers objectifs étaient de poursuivre sa formation en comptabilité et de l’aider à rebooster ses ventes en créant plus de publicité et de communication autour de sa papeterie. Son avantage est qu’elle est placée juste en face d’un collège, l’inconvénient est qu’il y a trois papeteries dans la même rue… Affiches promotionnelles, création de cartes de fidélité, avantages pour les collégiens, les idées ne manquent pas ! Esterlina est également une des rares bénéficiaires à avoir un ordinateur. Les volontaires l’ont formée donc sur Excel notamment pour tenir à jour un inventaire et sa comptabilité et elle est ravie !

Esterlina est la meilleure élève, devenue pro de la comptabilité sur Excel, elle est toujours aussi motivée à apprendre. Les rendez-vous sont réguliers, sans faute tous les mardis après-midi et elle enchaîne à 18h avec son cours hebdomadaire de business donné à l’église.
Son référencement sur Google Maps est à jour et suscite l’intérêt des internautes. Pour y jeter un coup d'œil, tapez Papelería Yamberla chez notre ami Google ! Les volontaires ont également créé un logo pour sa papeterie. 

Par ailleurs, les volontaires actuels suivent sa comptabilité, car bien que motivée à connaître précisément ses revenus, elle ne note pas toutes ses ventes de la semaine. Ils réfléchissent à établir un modèle d’inventaire pour que Victor puisse noter facilement tout ce qu’il achète en Colombie et également tous les produits achetés à Otavalo. Ceci afin de connaître les coûts de l’approvisionnement et d’avoir une idée de tout ce qu’ils ont en stock. L’idée d’une caisse enregistreuse est aussi à l’étude.

L’accompagnement d'Esterlina s’est surtout porté autour de sa comptabilité. Les volontaires ont essayé plusieurs méthodes afin de trouver celle avec laquelle elle sera le plus susceptible de s’y tenir. Ils lui ont également donné des cours et cas pratiques sur les coûts et les recettes et sur comment calculer son bénéfice et ses marges. En parallèle de sa comptabilité, ils ont créé un inventaire différenciant les produits de la papeterie, de bazar, de confiserie et ceux de beauté/hygiène. Et classer ses nombreuses factures.

Les volontaires ont tenté une sensibilisation à la fidélité client auprès des élèves du collège, mais Esterlina a préféré arrêter ce système. Toute sa papeterie a été entièrement ré-agencée avec la précieuse aide d’Hector et Mario du Défi Sportif. Ils ont retravaillé son profil Google Maps afin qu’il soit plus précis et avec de nouvelles photos.

L’accompagnement continue pour assurer un suivi de sa comptabilité et poursuivre l’actualisation de l’inventaire en vue de mettre en place un système de facturation automatique. Un logo est en cours de création par son fils Jerei. Une formation pour bien noter les achats réalisés en Colombie et en Équateur par Victor peut être nécessaire pour connaître les bons chiffres. Enfin, Impulso va aider Esterlina pour réaliser de la publicité et des offres promotionnelles, notamment en vue de préparer les fêtes de Noël ou même la rentrée scolaire. Cela peut aussi être de la publicité pour mettre en avant ses créations avec les piñatas.

Un accompagnement qui nous prouve que sur le long terme, les bénéficiaires montent en compétence et développent des qualités nécessaires au fonctionnement de leur entreprise. 

Dans la famille Pillajo, je voudrais la fille ainée ! updatePhoto souvenir avec Norma, Esterlina et Anita.

Dans la famille Pillajo, je voudrais la fille ainée !

"Anita confectionne des blouses d’Anaco, blouses traditionnelles brodées à la main. Maman d’un garçon de 12 ans et d’une petite fille de 2 ans, elle partage son temps entre ses enfants et son activité professionnelle.

Elle travaille exclusivement sur commande depuis chez elle et propose un catalogue de plus de cent motifs différents. Ses créations sont visibles sur son compte Instagram @BordadsZayeth. La qualité de ses produits et le bouche-à-oreille lui apportent des clientes régulières. Elle souhaite étendre sa gamme de broderies aux enfants et confectionne maintenant des bracelets à la main.

Anita bénéficie de l’accompagnement d’Impulso depuis janvier 2022 avec une pause en cours d’année. Avec Anne-Claire et Maylis, elle a reçu une formation en comptabilité, les volontaires ont re-designé son logo pour ses broderies, créé des cartes de visite et de remerciement.
Depuis novembre dernier, elle bénéficie d’un crédit UnImpulso et a donc souhaité reprendre contact avec les volontaires.

L'aspect majeur de l’accompagnement d’Anita a été la refonte complète de son catalogue avec ses différents modèles de broderies : scans de ses dessins, mise en page en veillant à la bonne taille des motifs puis impression du portfolio complet chez Esterlina, sa sœur (retrouvez son portrait prochainement). En parallèle, nombreuses de ses créations ont été prises en photo pour alimenter son compte Instagram.

Nous l’avons aidé à calculer le prix de vente de ses bracelets et de ses gris-gris pour les stylos et on en a confectionné quelques-uns avec elle. Nous avons aussi mis à jour son WhatsApp Business pour lui apporter plus de précision.

L'accompagnement continue avec la mise en ligne de son catalogue numérique sur WhatsApp Business pour que ses clientes puissent connaître toutes ses prestations : broderies, retouches, couture… Mais aussi avec le développement de son nouveau projet de confection de bracelets et gris-gris pour stylos avec de la publicité et la mise en vente à la papeterie d’Esterlina.

Enfin, Anita a pour projet de construire une maison de campagne sur son terrain à San Roque. Pour cela, elle envisage, avec son mari Javier, de souscrire à un crédit de 3000 $ afin de pouvoir la louer par la suite. Ce ne sera pas dans l’immédiat mais des pistes peuvent peut-être déjà être envisagées."

Camille & Nathan 

Au coeur de la culture Kichwa

Portrait de Rosita :

Dans la famille Pillajo, je voudrais la grand-mère Rosita ! Rosita est la maman d’Anita et d’Esterlina qu’on accompagne dans le développement de leurs activités. Elles nous ont invités à célébrer la fanesca, une soupe traditionnelle épaisse et crémeuse qu’on déguste lors de la semaine de Pâques.

On se rend alors dans leur modeste maison de campagne pour les aider dans la préparation de ce festin. Les enfants et les petits-enfants sont déjà aux fourneaux et Rosita, telle une cheffe d’orchestre, rythme les actions de chacun pour mener à bien cette recette qui fera chanter nos papilles ! Il faut dire que du travail, il y en a. Préparer, rincer, écosser, éplucher… On n’y échappe pas.

La fanesca se compose en effet de 12 grains différents en référence aux apôtres de Jésus. Le tout mijote plusieurs heures dans une grande marmite au feu de bois, la même que dans Astérix et Obélix. C’est une vraie potion magique que Rosita est en train de nous préparer !

Une fois prête, Rosita sert la soupe avec du fromage, de l’avocat, de la tomate, de la banane plantain frite, de l’œuf dur et de la morue salée. Délicieux ! Ou comme on dirait par ici : « riquísiiimo » !

Tel un pèlerinage, Rosita s’en va ensuite avec des pots remplis de fanesca pour partager sa soupe aux voisins.

@jerei.ybrl, le fils d’Esterlina apprend que j’ai un drone. Il a des étoiles dans les yeux. À l’église, il étudie la vidéo et rêve de progresser dans ce domaine. Avant de partir, je lui prête mon drone. Pas très serein, je vous avoue, mais Jerei se débrouille bien. Pour immortaliser ce repas en famille, Jerei a réalisé une vidéo.

Tous les moments partagés avec Anita, Esterlina et plus largement la famille Pillajo resteront ancrés dans nos mémoires. Ces personnes nous ont plongés dans leurs coutumes et le portrait de Rosita montre l’importance des traditions et du partage dans la culture Kichwa !

Une femme déterminée à s'en sortir updateAdélaide et Léonie avec la famille de Sheilla

Une femme déterminée à s'en sortir

"Sheilla est un petit bout de femme d’une détermination et d’une générosité sans limite. Elle possède une pizzeria à l’entrée de Nuevo Impérial, à San Vicente de Cañete au Pérou.

À la sortie du lycée, Sheilla a commencé des études d’infirmière. Elle a décidé d’avoir un enfant avec son compagnon de l’époque. Pendant la grossesse, Sheilla et son compagnon ont appris que Salvador serait handicapé moteur toute sa vie. En sachant cela, le compagnon de Sheilla est parti, abandonnant Sheilla et son bébé.

C’est alors qu’un jeune garçon de son âge, Giovanni, dont la maman de Sheilla s’occupait depuis quelques années, a décidé de prendre Sheilla et son bébé sous son aile. Le temps a passé, l’affection s’est développée, et ils sont maintenant mari et femme. Salvador a 15 ans, et Sheilla et son mari ont eu un petit garçon, qui a maintenant 4 ans, et se prénomme Fabio.

Vous devez vous en douter, l’arrivée du mari de Sheilla n’a pour autant pas tout résolu. Sheilla a dû délaisser ses études d’infirmière pour pouvoir s’occuper de son bébé, ce qui représente, encore aujourd’hui, un travail à temps plein. En effet, Salvador est en chaise roulante, et ne peut malheureusement rien faire tout seul. Sheilla travaille dur pour pouvoir payer tous les soins et traitements réguliers dont Salvador a besoin.

Un optimisme à toute épreuve

Pour autant, malgré les cernes bien creusées sous ses yeux, et son passé riche, Sheilla ne se plaint jamais, et relativise sur tout.

À chaque période de Noël, Sheilla vend des panettones, afin de financer les soins de Salvador. Vous vous doutez bien que nous lui en avons acheté pas une, mais 18 panettones pour se régaler pendant les fêtes et en offrir aux autres entrepreneuses accompagnées. 

Nous l'avons aidée en communication, nous avons profité qu'elle ait un ordinateur pour la former (ainsi que Salvador) à la comptabilité pour sa pizzeria et nous avons également pris du temps pour la soutenir sur des tâches assez basiques mais qui lui dégageaient du temps pour s'occuper d'elle, ce qu'elle ne faisait jamais. Nous avons passé beaucoup de temps au côté de cette famille qui nous inspirait chaque jour. Léonie est d'ailleurs la marraine de Fabio !

Avec Sheilla, nous avons compris que notre accompagnement, notre impact, allait bien plus loin que les flyers que nous lui dessinons. L’aide que nous lui apportons est psychologique, un soutien moral, par notre présence, et le temps que nous passons avec ses enfants. Nous prenons soin d’elle du mieux que nous pouvons. 

Sa résilience et son courage, que nous admirons plus que tout, sont pour nous une réelle source d’inspiration."

Raconté par Léonie et Adélaide

L'accompagnement réussi de Vilma updateClémence et Guillemine avec Vilma devant sa nouvelle bache 😃

L'accompagnement réussi de Vilma

"Vilma est l’une des dernières micro-entrepreneuses (socia) que nous avons rencontrées et pourtant on a rarement aussi bien travaillé avec une socia qu’elle ! Cette dernière tient un restaurant péruvien avec un ADN et des plats chinois. Elle gère son restaurant, Sayumi depuis 4 ans et a contracté un microcrédit auprès de la Inclusiva depuis deux mois seulement. C’est pour cela que nous l’avons rencontrée il y a peu. Vilma est une femme solaire et dynamique, très à l’écoute, qui a à cœur de progresser et de rajeunir son restaurant.

On a commencé l’accompagnement avec la comptabilité qu’elle ne faisait pas du tout. Là encore, grâce aux outils Impulso nous avons pu la former et lui expliquer l’importance de noter toutes ses dépenses chaque jour. C’est avec surprise et un certain enthousiasme que nous avons remarqué à chacun de nos rendez-vous qu’elle faisait assidûment sa comptabilité. Tout ça grâce à l’aide de petits cahiers, un pour ses recettes du jour et un pour ses dépenses et recettes du mois. Quel plaisir de voir que nos rendez-vous l’aident réellement et qu’elle est largement dans le positif avec Sayumi !

En parallèle de sa comptabilité, nous avons travaillé sur une nouvelle identité visuelle pour son restaurant. A commencer par la modernisation de son logo, puis de sa devanture et enfin de ses nombreux menus, qu’elle affiche dans la rue. En somme, nous avons réalisé cinq affiches de menus ainsi qu’une nouvelle devanture qu’elle apprécie tout particulièrement et qu’elle a hâte de pouvoir accrocher dans son nouveau local, d’ici quelques mois. 

Vilma a été une belle surprise quant à l’accompagnement que nous lui avons proposé. Il n’a pas toujours été évident pour nous d’expliquer que tenir sa comptabilité était la clé pour un commerce. Aussi, quelle réussite de voir que cette dernière est faite régulièrement et avec assiduité. Vilma a vite saisi les enjeux et souhaite continuer l’accompagnement avec les prochains binômes afin de ne pas perdre le rythme et de continuer à faire prospérer Sayumi !"

Clémence & Guillemine, volontaires à Quilmaná au Pérou

L’histoire de Maria & Brenda et de leurs micro-crédits, une histoire sans fin updateMaria & Brenda en train de suivre la formation de Marie et Aurélien

L’histoire de Maria & Brenda et de leurs micro-crédits, une histoire sans fin

Maria et Brenda sont deux sœurs que Marie et Aurélien, deux volontaires au Mexique, ont rencontrées un peu tard durant leur mission de 6 mois puisque c’était deux mois avant la fin. Pourtant cet accompagnement fait partie de l’un des plus utiles d’après eux. En effet, les sœurs ont commencé leur activité trois mois avant leur rencontre. Ils sont donc arrivés au moment propice pour leur proposer leur aide.

Ils ont pu les aider à trouver une identité de marque (nom de marque, logo, etc.) et à se lancer sur les réseaux sociaux car elle n’avait aucune page professionnelle. 
Mais le plus gros du travail a porté sur la formation à la comptabilité et surtout la sensibilisation sur les dangers du micro-crédit et de leurs taux d’intérêt.
Marie et Aurélien ont en effet découvert que chacune des sœurs avait contracté des crédits avec des taux d'intérêt respectifs de 78% et 83%. Cela fait d’ailleurs une dizaine d’années qu’elles renouvellent leur crédit tous les 6 mois (assez courant en Amérique Latine et pourtant si aberrant pour nous en France). 
Pour autant, elles n’avaient jamais vraiment cherché à comprendre la signification de ces taux d’intérêt ni pris le temps d’analyser les documents remis par l'IMF (Institut de Micro Finance). Ils les ont donc accompagnés sur ce sujet pour les amener à changer d’IMF.

C’est exactement la raison même de la mission en Amérique Latine, sensibiliser et former ces femmes entrepreneuses pour qu’elles aient toutes les clés en main pour faire grandir leur business, devenir rentable et sortir de la pauvreté.

Accompagnées par Marie & Aurélien, consultants solidaires à Campeche, au Mexique

Emiliana et la chocolaterie updateEmiliana et Eléna après avoir préparé des brochettes de fraises au chocolat

Emiliana et la chocolaterie

Une histoire de famille

Emiliana est chocolatière depuis plus de 30 ans. C’est un vrai petit bout de femme qui n'a de cesse de nous impressionner du haut de ses 62 ans, pour deux raisons : sa soif d'apprendre et son appétence pour l'innovation.
Son amour du chocolat lui a été transmis par ses parents, eux-mêmes chocolatiers, et notamment son père Clément (d’où le nom de sa chocolaterie : Chocolaterie Clementino). 
C’est à son chevet qu’elle a appris à travailler le chocolat avec passion.

Une femme dans l’air du temps

Si ses enfants et petits-enfants sont toujours présents pour donner un coup de main à l'entreprise familiale, Emiliana a à cœur de continuellement apprendre et n'hésite pas à prendre des cours d'informatique, notamment, pour rester en phase avec son temps. 

Ainsi, si celle-ci est ravie de pouvoir apprendre de nos connaissances, nous sommes toutes aussi comblées de pouvoir grandir en profitant de son expertise et de son savoir. 

Nous avons en effet pu découvrir à travers ses créations tout le processus de production de son chocolat, créé à partir de cacao 100% guatémaltèque.
En barres, en tablettes ou encore en bonbons, ses chocolats reflètent son goût de l'innovation à travers leurs 12 saveurs.
Primée par le prix d'innovation durant des festivals de chocolat, c'est sans relâche qu'Emiliana cherche de nouvelles recettes pour émerveiller les papilles du plus grand nombre.
Et c'est cette quête de l'innovation qui nous inspire à chaque rencontre.

Accompagnée par Éléna & Tosca, consultantes solidaires au Guatemala

Candy, une mexicaine plus qu'inspirante updateSolène et Domitile qui partagent des tamales avec Candy et sa fille adoptive Yazmin

Candy, une mexicaine plus qu'inspirante

Des passions transmises de génération en génération

Candy est la dernière d'une famille de 13 enfants : les Polanco. Ils sont assez connus dans les environs de Campeche.
Le père (aujourd'hui grand-père), un vrai personnage à ce qu'on nous en dit, avait transmis à tous ses enfants son amour de la musique ! Résultat, ses fils ont monté un groupe de musique : les "Frères Polanco", qui ont cartonné dans la région dans les années 90. 
Ses filles, d'excellentes musiciennes et chanteuses également, animent les messes avec la même énergie qui les caractérise depuis des années !
Mais ce n'est pas tout, le père de Candy est aussi le créateur des "Taller de Bicicleta y Moto Polanco" (un atelier de réparation). 
Ainsi, c'est le business que Candy a repris avec son mari.

Un réel coup de cœur

Nous avons rencontré cette famille via notre partenaire Institut de Microfinance Bancampeche, afin de les accompagner dans la gestion de cet atelier. Ça a été un réel coup de cœur, nous avons été adoptées et chouchoutées par Candy, José Maria, et leurs deux filles : Maria José et Yazmin. 
En plus des temps de travail, ils ont partagé avec nous des moments festifs et traditionnels, des repas typiques et des discussions sur leur vision de la vie.
Ce qui nous a le plus marqué, c'est sans doute le caractère bien trempé de Candy, qui s'impose et se fait respecter malgré sa position de dernière, dans un contexte familial et culturel très machiste. 
Nous avons réellement été touchées par sa générosité et son grand cœur. Candy a adopté Yazmin, une jeune fille de 26 ans qui a dû stopper ses études de médecine brutalement, suite à un cancer qui a bouleversé sa vie et ses capacités motrices. Aujourd'hui, Candy fait tout son possible pour l'aider à s'en sortir.

La détermination de Candy fait sa force et nous inspire énormément !

Récit de deux consultantes solidaires parties au Mexique.

Le portrait de Teresita Hoil, une sucess-story updateTeresita en uniforme de travail de son restaurant

Le portrait de Teresita Hoil, une sucess-story

Teresita est une femme mexicaine qui vendait des Chicharrónes (plat sud-américain composé généralement de poitrine ou de couenne de porc frite) dans son chariot ambulant près des plages.
Suite à un changement d'activité, son mari Miguel et elle ont décidé d’entreprendre dans la restauration et ont donc ouvert leur restaurant en 2021 qui est situé à Champotón au bord de la plage, où la concurrence est élevée.

Fort d’une envie de réussir et de mettre leur famille à l’abri, le couple multiplie les actions de démarchage et sollicite un micro-crédit de 2000€ (grâce aux dons levés par les aventuriers solidaires de notre mission du Défi Sportif) pour améliorer leur restaurant et le rendre unique. Avec quelques travaux, ils l'ont rendu plus qu'attractif pour les touristes et ont également retravaillé leur carte.

Accompagnés par plusieurs consultants solidaires depuis 2021, l’établissement compte aujourd’hui une quinzaine d’employés.
En parallèle, avec leur fille Cynthia, vétérinaire, le couple a pu développer de nouveaux projets comme l'achat d'un terrain de 7 hectares qu'ils ont transformé en ranch pour, entre autres, l’élevage de cochons.

Une belle fierté pour l'équipe d'Impulso car nous les suivons depuis 2 ans maintenant et après un accompagnement de 2 binômes (consultants de la mission Amérique Latine) et un microcrédit à taux réduit (grâce à nos aventuriers solidaires), cette famille mexicaine est sortie de la pauvreté ! Ils ont également été sélectionnés pour gérer le restaurant d'un hôtel étoilé de Champotón, nous sommes très fiers de leur réussite !

Impulso vous remercie !

Découvrez la vidéo de voeux d'Impulso.

108 micro-entrepreneuses d'Amérique latine accompagnées en 2022 ! updateNos volontaires entourées de micro-entrepreneuses inspirantes en Équateur

108 micro-entrepreneuses d'Amérique latine accompagnées en 2022 !

Cette année, nous avons pu compter sur l'engagement de 32 jeunes (soit 16 binômes) en quête de sens et d'impact. Présents dans 4 pays d'Amérique latine, ils ont vécu pendant 6 mois le quotidien de femmes micro-entrepreneuses, aux parcours de vie compliqués et en situation d'extrême pauvreté. Nous sommes très fiers de dire que nos 32 volontaires ont accompagné 108 femmes cette année. Parmi ces 108, 22 n'ont plus besoin d'accompagnement et ont donc les bases nécessaires pour structurer et pérenniser leurs micro-entreprises ! Les 86 restantes continueront à être suivies par les prochains qui arrivent sur le terrain dès Janvier. Sans compter d'autres femmes qui auront la chance d'être intégrées à notre programme à la rentrée !

Offrez du sens, simplement.
Offrir des difts